vendredi, mars 25, 2011

La liberté religieuse est aussi une liberté

Guéant dans le texte : "Les agents des services publics ne doivent pas porter de signes religieux, manifester une quelconque préférence religieuse, mais les usagers du service public ne le doivent pas non plus."

Comment juger cette dernière sortie de Claude Guéant? Et les précédentes? Ses dérapages sont si fréquents et si énormes qu'on s'interroge. Maladresse comme disent les plus mesurés? connerie comme le propose Rue 89? cynisme politicien, comme le suggèrent plusieurs journalistes ou, plus grave, symptôme de ce que l'on pense à la tête de l'Etat?

Je pencherais malheureusement pour la dernière explication. Parce qu'après tout, Guéant est comme tout un chacun : devant un micro et un journaliste, il se maîtrise, évite de dire des grossièretés ou de trop grosses absurdités. Mais ce n'est pas non plus un professionnel rompu aux techniques de la communication comme peuvent l'être certains politiques capables de contrôler leur expression publique au millimètre près. C'est d'une certaine manière également un débutant. Pour toutes ces raisons, c'est sans doute ce qu'il pense profondément et ce que l'on pense avec lui au sommet de l'Etat où l'on semble avoir perdu le sens commun.

Au nom de la laïcité, que l'extrême-droite agite maintenant comme un drapeau, on en vient à oublier que la liberté religieuse est aussi une liberté. Et que le fait de porter un signe religieux (une croix, une aube, une soutane, une cornette, une kippa, un voile, une barbe, une bague…) fait partie de ces libertés élémentaires que la laïcité doit justement protéger.

PS Si l'on m'avait dit que je devrais un jour défendre les libertés religieuses, j'en serais tombé de ma chaise…

2 commentaires:

Rubin a dit…

Votre billet m'a rappelé une expérience personnelle : http://sfadj.com/sur-les-traces-de-la-laicite

Odile B. a dit…

@Rubin certes c'est subtil, mais les signes religieux "pour un usager du service public" ce n'est pas la même chose que "pour un usager de l'école".

Certes, l'école est bien un service public. Mais c'est un service public qui a ses règles propres, ses exigences. Les "élèves" ne sont pas des citoyens comme les autres. Et d'ailleurs ils n'ont en général pas le droit de vote. Et on leur impose bien d'autres choses encore !

La laïcité c'est bien - je suis d'accord là-dessus avec Bernard Girard - aussi la protection des droits à exercer et même à manifester une religion.

Mais c'est aussi la préservation d'un espace public à l'abri de toute *pression* religieuse, dont veut être l'école laïque.

A l'école laïque, on a le droit d'avoir des opinions y compris religieuses, mais on se doit d'être suffisamment discret. Il y a matière à débat sur ce "suffisamment", mais il faut rétablir cette distinction fondamentale.