vendredi, juin 10, 2011

L'étrange impuissance des médias

Corinne Lepage indiquait hier à la télévision (dans un débat confus et sans grand intérêt où l'on a vu des gens intelligents expliquer que les affaires Bettencourt et DSK étaient mises en avant pour ne pas parler des choses graves et importantes!) qu'on a plus parlé dans la presse internationale de l'affaire DSK que de la mort de Ben Laden. C'est, a-t-elle même ajouté, l'événement dont on a le plus parlé après l'attentat des Twin Towers. Est-ce à dire que tout le monde est au courant? Pas forcément.

Le New-York Times publiait hier une histoire étrange. Un marchand de vin de Boooklin qui a la même adresse que DSK mais pas le même code postal a reçu un paquet de livres qui lui était destiné. Personne ne s'appelait dans ce magasin Dominique Strauss-Khan, le personnel l'a cependant ouvert, a été surpris de recevoir des livres religieux (l'envoi venait d'une quelconque secte juive), a rangé le paquet et a mis deux jours à faire le rapprochement. Comme l'explique le journal "it might seem surprising that on Friday afternoon, when a package arrived at Dandelion Wine addressed to Dominique Strauss-Kahn, no one there had heard of him. Not the mailman, who asked “Is there a Dominique here?” Not the three workers in the store. One of them, Tom Athans, accepted the package anyway; he had a ex-girlfriend in France and thought it might be a practical joke." Surprising? Certainement.


Qu'en conclure? Manifestement tout le monde ne lit pas la presse, ne regarde pas la télévision, ou le fait sans y prêter grande attention. 

3 commentaires:

Arthur Goldhammer a dit…

Les gens ne lisent pas la presse. J'ai été frappé, en lisant le livre de Florence Aubenas, dont la photo restait accrochée à la façade de l'Hôtel de Ville de Paris des mois durant et était montrée presque tous les jours au petit écran, avec son nom, constamment répété, que pendant toute son enquête, où elle assumait l'identité d'une simple femme de ménage mais gardait son propre nom et bien sûr son propre visage, personne ne l'a reconnue.

Bernard G a dit…

Excellente remarque. Chaque soir la télévision nous montre les visages et nous donne les noms de deux journalistes retenus depuis plusieurs mois en Afghanistan. Je serais incapable de donner leur nom et il est probable que je ne les reconnaitrais pas si je les croisais dans la rue. Il est vrai que je ne regarde le journal télévisié qu'assez exceptionnellement, mais tout de même.

Arthur Goldhammer a dit…

Bernard Taponnier et Hervé Ghesquière, que je cite de mémoire! Mais je regarde le JT de 20h de France2 presque tous les jours. Toujours est-il que je ne reconnaîtrais ni l'un ni l'autre si je les croisais dans la rue demain. Mais DSK, je le reconnaîtrais de vue!